Un monde d'écart
Leila Lacan - Photo : Julien Bacot/FFBB

Sur la route qui les mène aux Jeux Olympiques de Paris 2024, les Bleues ont validé avec une grande facilité la première étape de leur préparation face à une Finlande totalement dépassée (129-50).

Plus de dix ans après l'Euro qu'elle avait joué à domicile, l'Équipe de France féminine reposait ses baskets sur le parquet du Vendéspace pour son premier match de préparation aux Jeux. La Finlande s'avançait comme un adversaire abordable que les Bleues avaient largement battu lors des qualifications à l'Euro 2023 (+26 et +36). 
 
Après deux minutes de flottement notamment au rebond défensif, la machine tricolore se mettait en route avec Valériane Ayayi en cheffe de file (7 points en 4 minutes). Actives en défense et efficaces dans le jeu de transition, les Bleues débutaient idéalement la partie (17-7, 5'). Les premières rotations opérées par Jean-Aimé Toupane faisaient clairement la différence avec Dominique Malonga sous le cercle ou encore Alexia Chery et Migna Touré à longue distance (33-15, 10').
 
Sur leur lancée, les Tricolores enfonçaient le clou en passant par l'intérieur : Iliana Rupert et Marième Badiane se régalaient dans la peinture en l'absence des 198 centimètres d'Awak Kuier, en civil sur le banc. Incapable de tenir les duels, la Finlande prenait l'eau de toutes parts et le panier primé de Lotta Vehka-Aho mettait fin à la belle série des Bleues qui venaient de passer un 19-0 aux Scandinaves (52-18, 15'). Supérieure à tous les niveaux, l'Équipe de France respectait son plan de jeu à la lettre, travaillait sans relâche pour rentrer aux vestiaires avec une avance de 46 points (69-23).
 
Si l'issue était connue depuis bien longtemps, l'essentiel pour les Bleues allait résider dans leur capacité à ne pas tomber dans la facilité, trouver des repères entre elles, créer l'alchimie qui leur permettra de voyager loin durant les Jeux Olympiques (80-32, 25'). Muettes jusque-là, les deux Marine, Fauthoux et Johannes, que l'on n'avait plus vues en match officiel depuis février pour la première et mars pour l'autre, devenaient les 13e et 14e joueuses à marquer ce soir (102-34, 30').
 
Toujours aussi justes et aidées par une Finlande bien trop tendre pour rivaliser, les Tricolores s'approchaient petit à petit de leur record offensif (131 points marqués et +96 contre la Tunisie au Mondial 2002). Janelle Salaün et surtout Dominique Malonga, très en vue avec 25 points et 5 rebonds, s'employaient pour y parvenir. Elles échouaient finalement à deux petites unités de cette marque symbolique. La France retrouvera les Louves lundi, toujours en Vendée, pour son deuxième match de préparation.
 
France bat Finlande 129-50
 
Réactions d'après-match
 
Jean-Aimé Toupane : "Ce qui nous intéressait était de valider ce que l'on a travaillé depuis 3 semaines. J'ai aimé l'aspect physique des filles. D'un point de vue basket on voulait partager la balle, d'essayer de trouver la joueuse démarquée. Il fallait maintenir le niveau tout le match, on a réussi à le faire. Si on n'a pas cette compétence, ça sera compliqué d'aller au bout."
 
Valériane Ayayi : "Après trois bonnes semaines de travail intensives, c'était important d'utiliser ce match comme premier test. Il fallait répondre aux demandes et exigences du coach, je pense que dans l'ensemble on l'a fait. Le match de lundi sera différent ou non, il faut utiliser toutes les opportunités pour travailler en tant qu'équipe."
 
Dominique Malonga : "Cette victoire fait plaisir. On travaille sans relâche pour être ce rouleau compresseur. On est sur le chemin que l'on veut suivre, notre niveau ne va faire qu'augmenter. Il y a eu une grosse domination dans la raquette, c'est notre plan de jeu. On a su se trouver, ressortir le ballon, trouver l'alternance."