Kendra Chery - Photo : Just a pics

Candidat déclaré au podium, Basket Landes mène parfaitement sa barque depuis le début de la saison alors que les filles du Sud Ouest arrivent à un moment charnière du calendrier. L'intérieure landaise Kendra Chery a répondu à nos questions.

Surpris à Charleville-Mézières avant la trêve, Basket Landes est retombé à la troisième place. Comment avez-vous vécu cette défaite ?
On n'a pas vraiment eu le temps d'en parler comme lorsque l'on enchaîne avec une semaine d'entraînement mais on a pris du temps après le match. Ca a été une frustration mais on avait conscience que nous avions une semaine compliquée et fatiguante avec un déplacement à Bologne. On est contentes de la deuxième mi-temps que l'on a faite car on a vraiment eu du mal à commencer le match mais on se dit que ça fait partie du processus.
 
Après la fenêtre internationale, vous allez affronter Tarbes, Lattes Montpellier et Lyon. Est-ce que ces trois rencontres peuvent être un tournant dans la saison de Basket Landes ?
Pas forcément parce qu'on sait que dans ce championnat, tout le monde peut battre tout le monde. On pense que pour la première place, ça se jouera à la fin, limite à la dernière journée. C'est à peu près notre vision. On n'esssaye pas de faire des calculs car c'est tellement serré. Il y aura une vraie compétition lors de ces trois matchs et on verra bien, ce sera la surprise.
 
Vous avez aussi une demi-finale de Coupe de France dans votre tableau de marche. Est-ce qu'aller en finale une troisième fois de suite est un objectif ?
Pas vraiment un objectif. Je dirais que c'est plus un désir. Quand les nouvelles joueuses sont arrivées, elles avaient vu ce que c'était Basket Landes à Bercy et elles avaient cette envie d'y aller. Plus qu'un objectif, c'est une volonté, un désir qui a été exprimé chez chacune. Au moment où arrive le quart de finale, c'est là que l'on se rend compte que la compétition recommence, qu'on veut y aller. Après c'est match après match. Le jour du tirage au sort de la demi-finale, on voulait juste pouvoir jouer chez nous même si c'est quelque chose que l'on ne contrôle pas. On est donc contentes d'être à domicile (contre Tarbes le 9 mars).
 
Comment évalues-tu ta saison d'un point de vue personnel ? C'est ta quatrième année à Basket Landes, tu dois avoir un statut de cadre désormais.
C'est un statut différent oui et c'est un peu bizarre car je me rends compte que dans certaines situations, je dois avoir un rôle de leader, influencer l'équipe. J'étais habituée à avoir des joueuses à mes côtés qui étaient plus sur la fin de carrière. J'étais plus celle qui écoutait, qui apprenait, en fin de match ça reposait sur d'autres joueuses. Mais dans le processus du club, l'environnement, la manière dont on a pu m'aider à progresser, je trouve ça agréable. Je suis contente de ces quatre ans qui m'ont permis d'évoluer, d'avoir une continuité parce qu'au début de ma carrière ça a été un peu compliqué pour trouver du temps de jeu, de trouver ma place. Cette stabilité ici m'a permis de récolter les fruits du travail depuis que j'ai commencé le basket. C'est vraiment intéressant et je suis contente parce que j'ai l'impression de grandir en même temps que le club.