Tous avec les Guerrières
Rachid Meziane et ses joueuses - Photo : FIBA

Pour la première fois depuis 10 ans, une équipe française dispute le Final Four de l’Euroligue. Un exploit retentissant réalisé par les Guerrières de Villeneuve d’Ascq qui tenteront d’écrire leur nom au palmarès vingt ans après Valenciennes. Première marche ce vendredi à 15h00 contre Prague depuis Mersin (Turquie).

Mercredi 6 mars 2024 à Miskolc en Hongrie. Les secondes s’égrènent sur l’horloge de la DVTK Arena et Villeneuve d’Ascq sait qu’il va faire son entrée dans le gotha européen. A l’issue d’un quart de finale intense que les Guerrières ont remporté 2-1 sans avoir l’avantage du terrain, elles ont décroché leur billet pour le dernier carré de l’Euroligue.
 
Cinq mois plus tôt, le club de la banlieue lilloise débutait son aventure sur la pointe des pieds faute d'avoir fréquenté l’Euroligue depuis la saison 2018-2019, achevée à l’avant-dernière place (4 victoires - 10 défaites). Un retour au plus haut niveau avec prudence avoue le coach Rachid Meziane : "On ne voulait pas que l’Euroligue impacte nos résultats en LFB. L’appétit est venu en mangeant."
 
Dans un groupe B relevé - trois des quatre demi-finalistes en sont issus - les joueuses du Nord ont parfaitement manoeuvré leur embarcation au cours d’une saison marquée de quelques coups d’éclat comme ces victoires à domicile contre Prague ou à Mersin de 16 points. "Les pronostics nous voyaient peut-être gagner deux ou trois matchs alors qu’on en gagne huit en battant tout le monde au moins une fois. On est devenus légitimes" se félicite Meziane.
 
Une décennie après Bourges, quatrième du Final 8 d’Ekaterinbourg (Russie), une équipe française fait donc partie de la crème de la crème continentale. "C’est une fierté. J’ai reçu beaucoup de messages d’encouragement de mes confrères en Ligue Féminine et d’autres. Tout ça donne de l’énergie pour représenter la France de la meilleure des façons" témoigne Rachid Meziane. Il enchaîne, patriote : "Je pense que le basket français mérite, de façon générale, d’avoir tous les ans une équipe au Final Four parce qu’on a le championnat le plus dense d’Europe. On le mériterait de part ce que l’on traverse tous les weekends où tout peut se passer."
 
En demi-finale, les Guerrières devront passer un obstacle qu’elles connaissent déjà : le club tchèque de Prague. Championne d’Europe 2015, présente lors de quatre des cinq dernières éditions du Final Four, l’équipe où évolue la Bleue Valériane Ayayi n’a perdu que deux matchs en saison régulière dont un contre…Villeneuve d’Ascq. "Être le novice peut nous décharger de la pression. Il faudra jouer la meilleure version de notre basket, on trouvera notre salut grâce à notre défense" prévoit le technicien. "Dans un tournoi comme celui-ci, les grandes équipes ratent rarement le rendez-vous."
 
Euroligue féminine - Final Four à Mersin (Turquie)
 
Vendredi 12 avril
Villeneuve d'Ascq - Prague (CZE) / 15h00 - Skweek
Fenerbahce (TUR) - Mersin (TUR) / 18h00
 
Match pour la 3e place et finale le dimanche 14 avril
 
Plus d'infos sur le site de la compétition